L’Algérie et la Tunisie appellent à l’arrêt immédiat des hostilités en Libye

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et son homologue tunisien, Khémaies  Jhinaoui, ont appelé, vendredi à Tunis, les parties libyennes à l’arrêt “immédiat” des hostilités pour mettre fin à l’effusion de sang du peuple libyen dans l’intérêt suprême de la Libye.

Dans un appel conjoint sur la situation en Libye rendu public à l’occasion de la visite de M. Boukadoum à Tunis à l’invitation de son homologue tunisien, les deux parties ont affirmé que le règlement de la crise libyenne “ne saurait être militaire”, mettant l’accent sur l’impératif de la reprise du dialogue inclusif inter-libyen et la préservation du processus politique comme unique solution à la crise libyenne conformément aux dispositions de l’accord politique, aux fins de parachever la période transitoire et les échéances électorales sous l’égide des Nations Unies.

M.Boukadoum et Jhinaoui ont renouvelé leur appel pour la tenue d’une réunion urgente dans le cadre de l’initiative tripartite et l’intensification de leurs efforts et actions dans les différents autres cadres en vue de mettre fin à la détérioration de la situation sécuritaire en Libye et redynamiser rapidement le processus politique. Ils ont appelé à mettre un terme aux hostilités pour éviter l’effusion de sang des Libyens.

Les deux ministres ont souligné le soutien de leurs pays respectifs aux efforts onusiens menés par l’Envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé visant un règlement politique inclusif et consensuel entre toutes les parties libyennes à même de préserver la sécurité, la stabilité et la souveraineté de la Libye.

D’autre part, MM. Boukadoum et Jhinaoui ont évoqué la responsabilité de la communauté internationale dans le règlement de la crise à travers le soutien aux parties libyennes pour le parachèvement du processus politique.

Lors de cette visite, M.Sabri  Boukadoum a été reçu par le président tunisien Béji Caïd Essebsi, au palais de Carthage.

L’entretien avec le Président tunisien a été l’occasion de mettre l’accent sur les relations particulières et stratégiques entre la Tunisie et l’Algérie et les moyens de les renforcer dans tous les domaines, notamment à travers le renforcement de la coopération économique et commerciale et le développement des zones frontalières.

L’entretien a porté également sur plusieurs questions régionales et internationales d’intérêt commun, en particulier la situation de la région du Maghreb et des pays arabes, ainsi que les graves développements en Libye et leur impact direct sur la sécurité et la stabilité de la région et les efforts menés pour mettre fin aux combats et reprendre rapidement le dialogue politique entre toutes les parties libyennes.

Comments are closed.

Copyright Ambassade d'Algérie en Serbie 2015 • Tous droits réservés