L’Ambassade d’Algérie en Serbie a organisé un Iftar/dîner le 26 Août 2011 à la Mosquée de Belgrade

Belgrade, 26/08/2011: L’Ambassade d’Algérie en Serbie a organisé un Iftar/dîner le 26 Août 2011 à la Mosquée de Belgrade à l’ />Cette option de l’Algérie est d’autant plus importante que le pays se situe au carrefour entre l’Afrique, l’Europe et l’espace méditerranéen.

Cette position privilégiée a fait de l’Algérie une pionnière de ce Partenariat.

Forte de son engagement sans réserve au processus d’intégration sous-régionale et continentale, l’Algérie est prête à apporter sa contribution à l’approfondissement des relations avec le G8. De plus, elle dispose de l’expérience d’une décennie de reconstruction nationale qu’elle est prête à partager avec les autres pays africains.

De fait, beaucoup de pays africains ont, à l’instar de ce que l’Algérie a connu, eu à gérer les retombées d’événements sur lesquels ils n’ont, dans beaucoup de situations, aucun contrôle.

Les échanges d’expériences entre Africains se développent et il est certain que l’Afrique est de mieux en mieux en mesure d’analyser ses problèmes et d’exprimer ses attentes légitimes pour l’avenir de ses relations avec ses différents partenaires.

Les défis du développement relèvent du long terme. Ils font l’objet, depuis près d’une décennie, d’échanges intenses entre les dirigeants africains et leurs homologues des puissances économiques et industrielles qui constituent le G8.

La crise économique et financière qui a éclaté en 2008 a secoué le monde. Elle a ébranlé les fondations des citadelles de la finance. Elle a mis à nu les partis-pris de la pensée économique dominante. Elle a dévoilé la réalité d’une corruption dont les dimensions, qui dépassent l’entendement, soulignent qu’il s’agit bien d’un mal systémique.

Cette crise n’est pas encore résolue. Elle permet toutefois, déjà, de tirer des leçons.

Elle a démontré, sans l’ombre d’un doute, que la mondialisation que nous souhaitons tous plus humaine ne peut plus se réduire à une constellation où des entités périphériques doivent se soumettre aux lois dictées par un centre dominant, celui-là même qui s’est longtemps oublié et complu dans l’autosatisfaction.

En fait, l’évolution récente des relations internationales, illustre à profusion le passage progressif, mais de plus en plus visible, car ancré dans le réel, à une mondialisation qui intègre les apports des pays émergents. Il est certain que, tôt ou tard, par choix pondéré de la Communauté internationale ou par la force des événements, l’Afrique trouvera sa juste place dans ce monde en devenir.

L’Algérie est également soucieuse d’assurer sa sécurité alimentaire. C’est pourquoi l’agriculture continuera à bénéficier d’un soutien conséquent pour que les programmes successifs de développement agricole mis en oeuvre depuis une décennie puissent porter pleinement leurs fruits.

Les réformes menées depuis l’an 2000 ont permis d’assainir le cadre de l’activité politique, économique ainsi que celui du dialogue social dans le pays. Elles ont aussi permis de dégager les ressources qui ont été investies dans les programmes de reconstruction successifs sur fonds publics : 30 milliards de dollars de 2001 à 2004, 150 milliards de dollars de 2004 à 2009, et aujourd’hui, le lancement d’un nouveau programme d’investissements 2010-2014 doté de 286 milliards de dollars.

Au-delà de la poursuite de la modernisation des infrastructures physiques indispensables à l’essor de l’activité économique, ce Plan 2010-2014 consacrera
40% de ses ressources au développement humain. Ce qui est visé par là est de créer les conditions adéquates pour que la jeunesse algérienne puisse s’épanouir dans son propre pays. Ce qui est recherché également, c’est la formation, à tous les niveaux, des femmes et des hommes hautement qualifiés dont l’Algérie a besoin pour conquérir l’indépendance managériale et technologique qui lui fait encore cruellement défaut.

En cette étape de consolidation de son dynamisme économique et social, l’Algérie attend beaucoup de ses partenaires. Elle est ouverte à une coopération sincère et loyale, fondée sur un partenariat gagnant-gagnant. Elle souhaite aussi que les contraintes de la conjoncture imposées par la crise mondiale soient gérées dans la compréhension mutuelle et l’harmonie, avec la contribution de tous les partenaires concernés.
« 

Comments are closed.

Copyright Ambassade d'Algérie en Serbie 2015 • Tous droits réservés